17 mai 2016

Am stram gram - M.J. Arlidge

Am stram gram - M.J. Arlidge (7,5/10)
Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d'une piscine vide dont il est impossible de s'échapper. À côté d'eux, un pistolet chargé d'une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s'intensifient, l'angoisse monte. Jusqu'à l'issue fatale.
Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n'avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire.
Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe.
Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.


►► J'ai passé un bon moment à lire ce livre mais ce n'est pas un coup de cœur. J'ai apprécié certaines choses mais je suis restée perplexe pour d'autres. Ce que j'ai aimé, c'est l'originalité : il faut bien avouer que ce n'est pas si souvent que le tueur ne tue pas (c'est ce que j'avais adoré dans Celui dont le nom n'est plus ♥ de René Manzor). J'ai bien aimé aussi le côté psychologique à la Saw (films que j'adore) du "tuer ou être tué" ainsi que les lieux d'enfermement qui variaient. Le livre était également bien écrit, avec les pièces du puzzle qui s’emboîtent petit à petit. Néanmoins, il y a aussi des aspects du livre qui m'ont moins plu à commencer par le personnage d'Helen, le commandant, femme torturée et assez peu sympathique. On comprend à la fin pourquoi elle est ainsi mais je n'accrochais pas avec elle et j'ai même plus "sympathisé" avec le tueur (on a en effet des chapitres concernant son enfance, ce qui nous amène peu à peu à comprendre pourquoi il agit ainsi). Aussi, je ne raffole pas des livres qui finissent mal et là pour le coup...